Visites le 22/05/2016 à Chuzelles et Vienne

Le lendemain de l'AG nationale, les Maisons Paysannes du Rhône ont proposé à ceux qui étaient intéressés de visiter le matin deux maisons d'adhérents de la commune de Chuzelles et l'après-midi une visite de Vienne avec l'association des Amis de Vienne.

La Blanchonnière

Cette maison a reçu le prix René Fontaine en 1991 pour sa bonne restauration. Achetée dix ans auparavant par l'architecte Maurice Terrier et son épouse Christiane, ils adhèrent rapidement à Maisons Paysannes dont ils reçoivent des conseils. Cette ancienne maison forte, cachée derrière un imposant portail, frappe le visiteur qui entre, car il s'en dégage d'emblée beaucoup de charme. De taille moyenne et située dans une cour fermée par un fournil et un appentis dans lequel on trouve  le  puits, la maison est datée de 1510 (pour une partie sans doute).  Elle est construite en matériaux variés : schistes, pisé, molasse et galets. À l'intérieur, une cheminée Renaissance et une ancienne chapelle évoquent la noblesse de ses anciens occupants. Les travaux ont porté essentiellement sur la restauration de la toiture, la réouverture d'une ancienne fenêtre à meneaux obturée, la restauration des encadrements de baies en molasse, la pose d'un enduit en chaux aérienne sur la façade qui avait reçu quelques années auparavant un enduit en ciment et enfin les menuiseries, refaites avec des volets à double lames croisées.

La Devillière

Cette demeure classique du XVIIIe siècle, entourée de communs de la même époque et agrandis au XIXe, nous est présentée par ses propriétaires, Renaud et Florence Zimmermann. Le logis s'ouvre à l'ouest sur une terrasse agrémentée de bassins ovales qui dominent un jardin. La façade est composée de trois travées centrales couronnées d'une génoise avec un fronton rectangulaire. Côté cour, la façade reste classique mais plus simple. Le bâtiment est en pisé, les façades ont été enduites à chaux par Renaud Zimmermann lui-même. À l'intérieur et au rez-de-chaussée, les propriétaires ont tout remis en état, comme à l'origine : la tapisserie bleue du XVIIIe a été conservée, les boiseries et gypseries ont été refaites à l'identique et les cheminées en molasse ont été peintes. Cette propriété a reçu le label Patrimoine en Isère, donné aux bâtiments non protégés, mais présentant un intérêt avéré et représentatif de l'Isère. Cette mesure de protection donné par le département de l'Isère et signifié par un contrat entre le propriétaire et le département semble spécifique à ce département. 
Dans les deux maisons visitées, nos hôtes ont insisté sur le temps passé à la récupération de matériaux : pierres de portail, galets, carreaux de terre cuite, ferronnerie et matériaux divers de façon à réaliser une restauration la moins visible et la moins coûteuse possible.

Vienne