Marques au feu


La marque au feu serait une pratique rituelle consistant à appliquer, sur des bois durs, la flamme d’une bougie afin d'y laisser une marque de brûlure définitive. 
Cette marque, en forme de flamme, était appliquée sur la charpente, le linteau de la cheminée, les portes, les fenêtres et le mobilier (même à l’intérieur des placards ou des armoires). 
Ces marques étaient à l'origine destinées à protéger du diable l'habitation avant de devenir une superstition populaire liée à la protection de la maison contre l'incendie, telle un vaccin (éloigner le feu par le feu). Ces rites étaient notamment en usage du XVIe au XIXe siècle.

Comme cette pratique ne s’adresse pas aux hommes mais à la (ou aux) divinité(s) et qu’elle s’efforce uniquement d’établir un lien avec le monde surnaturel, nous ne disposons pas de traditions orales ou écrites : la recherche dans le domaine de l’interprétation ne peut se baser que sur des arguments par déduction.
Au début, on pensait que les marques au feu étaient accidentelles mais des travaux de recherche, menés notamment par les Britanniques depuis 1997, tendent à démontrer que la plupart ont été faites délibérément en respectant partout le même mode opératoire.
Plus de 80 marques apotropaïques ont été découvertes dans la Tour de Londres dont une douzaine de marques au feu.
Le 28 novembre dernier, des étudiants en histoire de l'université de Manchester sont partis à la recherche des marques au feu à Ordsall Hall en vue de compléter le recensement de plus de 150 marques. Et les Britanniques organisent des visites touristiques pour montrer les marques apotropaïques découvertes dans les châteaux et les églises !

"Chacune des ouvertures, aussi petite soit-elle, peut permettre au démon et à ses cortèges infernaux de pénétrer à l'intérieur. Seuls les signes magiques placés en permanence en ces points stratégiques peuvent leur en interdire l'accès." (Symboles et pratiques rituelles dans la maison paysanne traditionnelle / Hervé Fillipetti & Janine Trotereau).

Références :
Tasmanian Magic Research Project final report complete after second field trip of Tasmania The Examiner, 13 juillet 2018
Taper Burn Mark The Audiopedia, 4 mai 2018
Demon traps, spiritual landmines and the writing on the wall... Norfolk Medieval Graffiti, 19 octobre 2017
Taper Burns Norfolk Medieval Graffiti Survey, 29 septembre 2017
Candle Burn Marks. Deliberate or Accidental ? Beam Clean & Restore, 29 septembre 2017
The Taper Burns of Donington le Heath Manor House - Digital Kenyon, 23 avril 2017
Apotropaic Marks in Cambridge Inner Lives, 7 avril 2016
Fear and Magic: Fighting Fire with Fire Inner Lives, 29 janvier 2016
Timber Marks in the Tower of London Inner Lives, 21 janvier 2016
Burn marks on buildings : accidental or deliberate ? Vernacular Architecture, 12 décembre 2014
L'intérieur saintongeais traditionnel : "Sur les meubles paysans l'on peut trouver des marques qui tiennent de l'exorcisme telles que des traces de brûlures volontaires sur les armoires (désenvoûtement)".